de Catherine Sabbah

en savoir plus

La république de l'Architecture
Paris veut se réinventer, à peu de frais.

Paris veut se réinventer, à peu de frais.

Le pavillon de l’Arsenal est bondé. Ce matin du 3 novembre, la maire de Paris, Anne Hidalgo et Jean-Louis Missika, son adjoint à l’urbanisme (entre autres nombreuses délégations),  vont, après un teasing intense,  enfin lever le voile sur les 23 sites choisis et bientôt mis à la disposition d’équipes censément enthousiastes  à l’idée de « Réinventer Paris ».  « Cogitez, Allez-y, pensez et pensez en grand« , lâche la maire après avoir expliqué sa démarche  « historique, qu’aucune ville n’a osé lancer, même pas Londres » . Diable… De quoi s’agit-il? D’innover. En tous sens. Par les usages, la fonctionnalité, les montages financiers, l’association des acteurs, l’appropriation des lieux, la pluridisciplinarité des équipes, l’architecture… D’inventer, à Paris,  les manières d’habiter, de travailler et de commercer autrement.

Ils sont venus, ils sont tous là… Architectes, urbanistes, promoteurs, directeurs de Sem, foncières, élus… Toute la chaine de fabrication de la ville, déprimée par un marché en berne et gelé, attend, pleine d’espoir, un vent de nouveauté et surtout des terrains. Pas les sempiternels nanards incasables. Non, des terrains inédits…  Roulements de tambours… Les voilà!

Jean-Louis Missika qui a beaucoup théorisé sur la communication avant de se frotter à l’urbanisme sait  faire l’article. En tête de gondole, il a placé l’immeuble de 36.000 m2 du boulevard Morland dans le 4ème arrondissement. Le lieu est emblématique, IGH, vue imprenable sur tout Paris,  connu de tous les architectes qui sont venus un jour y déposer une demande de permis, dans la ligne de mire de tous les promoteurs qui ont rêvé un jour de transformer ce bâtiment de 1966  en  un hôtel plein d’étoiles. Programme libre à l’exception de deux figures imposées, une crèche de 66 berceaux et 5.000 m2 de logements sociaux. A la suite de cette entrée conséquente, le plat de résistance est épicé: des immeubles « ponts » au-dessus du périphérique, dont les droits à construire reposent sur… de l’air;  et un site d’1,3 hectares dans le 19ème. Vient enfin le charriot de desserts, un hôtel particulier dans le 5ème, une petite gare dans le 13ème, une sous-station électrique dans le 11ème… (la liste et les fiches techniques de tous les sites sont consultables ici et la carte interactive ici)

Justement, consultons les de plus près, ces 23 sites: surprise de cette incroyable audace municipale, moins de 5 dépassent les 5000 m2 constructibles. Beaucoup sont des bâtiments classés ou inscrits dans des périmètres protégés, nombre sont soumis à des servitudes d’utilité publique, comme une voie de passage obligée, certains sont traversés par des voies, dessous ou dessus…. Au total, « l’offre de possibles » présentée comme une immense opportunité atteint à peine  150.000 m2. La ville compte sur environ 600 logements et fait à l’occasion un aveu qui laisse pensif: sans les établissements publics et l’Etat grands propriétaires jaloux de leurs terrains, Paris ne dispose plus d’aucune réserve foncière.

Tout ça pour ça? Non. Il y a mieux (ou pire); la ville veut de l’innovation? Qu’elle en propose aussi! Nulle part il n’est fait mention d’une dérèglementation possible ou de la possibilité d’échapper aux normes nombreuses et contraignantes, jugées bloquantes, justement lorsque maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre s’essaient à des montages inédits. « Les mesures de simplification annoncées par Thierry Mandon la semaine dernière s’appliqueront si elles sont en vigueur lors des dépôts de demande de permis de construire au premier semestre 2016 » répond Jean-Louis Missika. Quid du prix des terrains? Seront-ils mis aux enchères et vendus au plus offrant, pratique dont la ville a largement usé depuis 20 ans pour lotir ses ZAC? « Non assure la maire qui au passage, reconnaît cette mauvaise habitude longtemps vigoureusement niée par son cabinet. Cette époque qui a permis de construire de magnifiques quartiers, mais fait monter les prix des logements est révolue. La ville ne bradera pas pour autant ses terrains« . Il faudra là aussi se montrer inventif et travailler sur des propriétés démembrées, des baux emphytéotiques, grâce à des plateformes de crowdfunding… Quid encore des honoraires des architectes qui participeront? Débrouillez vous avec vos maîtres d’ouvrage (privés) a répondu l’adjoint à l’urbanisme. L’innovation a bon dos: l’appel à idées, censé attirer la crème de la crème et des architectes du monde entier ne coûtera pas un sou à la ville.

Les équipes, qu’Anne Hidalgo souhaite les plus diverses possible, ont trois mois pour manifester leur intérêt sur l’un ou plusieurs des sites proposés. Une short list sera choisie au printemps, les offres définitive, y compris garanties et solutions de financement remises à l’automne, qu’un jury classera avant la fin de l’année. L’idée est bien de commencer les chantiers courant 2016, afin d’inaugurer quelques uns de ces lieux innovants avant les élections de 2020.

Cette entrée a été publiée dans Bavardages, Hors les murs.

4

commentaires

4 Réponses pour Paris veut se réinventer, à peu de frais.

Polémikoeur. dit: 4 novembre 2014 à 7 h 53 min

Tiens, le serveur à « reinventing.paris »
est momentanément indisponible !
(mardi 4 novembre, à 7 h 45).
Ruée des candidatures
sur les fonds de tiroirs
de la capitale sans doute.
Il y a quand même un peu loin
des slogans (réinventer Paris !)
à la réalité ! Et, peut-être
n’est-ce pas dommage…

Polémikoeur. dit: 15 novembre 2014 à 12 h 57 min

Qui a « inventé » un slogan
tel que « réinventer Paris »
doit avoir besoin d’un GPS.
En général, qu’est-ce qui fonde
une ville, et mieux, une capitale,
pour sa population ?
Un lieu, d’abord, sans doute,
doté de qualités pratiques,
et puis, une longue histoire.
Il semble que ce soit le cas
de Paris.
Si jamais la formule est obsolète,
ce qui reste à prouver, quelle cure,
s’il en existe une, appliquer à Paris
pour en prolonger l’éclat ?
Qui peut en décider ?
A quelle échelle ?
A quel rythme ?
Au profit de qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*