de Catherine Sabbah

en savoir plus

La république de l'Architecture
Archi5: Médiathèque à coeur ouvert

Archi5: Médiathèque à coeur ouvert

Une fleur au milieu d’une prairie… Vue de haut, par les oiseaux, puisqu’eux seuls auront la chance de profiter de sa toiture végétalisée, la nouvelle médiathèque de Mont-de-Marsan, dans les Landes, révèle un plan simplissime conçu par l’agence parisienne Archi5 associée à Borja Huidobro. Un volume de 60 mètres par 60, creusé en son milieu d’un trèfle porte-bonheur, un patio aux quatre longs pétales inspirés des feuilles d’acanthe de Matisse. Au sol, 9 mètres en dessous, des tables et des chaises attendent les premiers lecteurs du dehors. Vu d’en bas, c’est surtout la fonctionnalité de ce vide qui saute aux yeux tant elle façonne les circulations intérieures en délimitant sans en avoir l’air les différents secteurs, littérature, périodiques, BD… Pas de cloison dans ce grand volume blanc pensé pour la sérénité de la lecture, à l’exception de deux boîtes fermées. L’une accueille l’heure du conte, l’autre protège les volumes anciens. Les rayonnages alignés sur les courbes de la cour intérieure esquissent des allées dont on s’écarte, aspiré par les fauteuils de toutes les tailles et de toutes les couleurs qui, autant que la lumière, donnent envie de passer du temps là.

Depuis l’extérieur, les détours du coeur sont insoupçonnables et l’effet de surprise n’est pas la moindre des réussites de ce bâtiment. La structure de la médiathèque est plutôt calquée sur celle de ses voisines, les ailes de l’ancienne caserne Bosquet : la place culturelle, transparente et ouverte, a remplacé la place d’armes inaccessible. Construite sur un parking qui lui sert de piédestal, elle est légèrement désaxée, comme pour marquer un reste de rébellion à l’alignement martial du quartier reflété par sa peau. Ses murs de verre laissent deviner l’intérieur mais pas plus.

Au sud et à l’ouest, là où le soleil tape le plus fort en été, ils se doublent d’une seconde façade de panneaux métalliques disposés de façon aléatoire qui clôt le volume suspendu du premier étage. A l’est et au nord, cet espace entre deux dessine une perspective meublée de tables de travail à la queue leu leu, baignées de lumière, au calme à l’écart de la foule. Une longue passerelle-promenade conduit, au-dessus, vers les livres d’art, les bureaux et les magasins encore vides prévus pour quelque 110.000 volumes.

Lancée par la communauté d’agglomération du Marsan qui compte 50.000 habitants, la médiathèque de 4.700 mètres carrés – pour 12,3 millions d’euros – continue de surprendre ses habitants. Ils fréquentent l’auditorium de 120 places. Et ne regrettent guère les deux bibliothèques municipales poussiéreuses. « Ils sont venus en curieux, 1 sur 5 est désormais inscrit et certains y amènent leurs amis pour visiter les lieux comme un monument dont ils sont fiers », raconte Laurent Dierckens. Le conservateur lui-même ravi de son nouveau domaine a décidé de l’ouvrir les dimanches d’hiver.

Cette entrée a été publiée dans Portes ouvertes sur…, Visites.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*