de Catherine Sabbah

en savoir plus

La république de l'Architecture
Apprentis en vitrine à Gennevilliers

Apprentis en vitrine à Gennevilliers

Rien à cacher, au contraire. Pour accueillir la Maison de l’apprentissage, qui regroupe sur un même site, à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, trois centres de formation auparavant éparpillés, l’agence Brenac et Gonzales a dessiné une vitrine : deux longues nefs siamoises, reliées par une faille, dont l’une révèle d’emblée son intérieur derrière un pignon entièrement vitré. Les architectes ont même accentué l’exercice de mise en abîme, car derrière la façade transparente sont exposés les rouages des cabines d’ascenseurs, dont seuls les techniciens qui interviennent sur ces appareils connaissent normalement les secrets. Les apprentis apprennent ici à les démonter et à les réparer.

Il fallait trouver la martingale pour occuper cette longue parcelle rachetée à RFF le long des voies de RER. Les bâtiments longs de 100 mètres rappellent les entrepôts ferroviaires qui ont marqué le paysage de la ville. Ils permettent aussi de faire entrer de longues poutres usinées à l’intérieur par les compagnons du devoir qui apprennent là à fabriquer des charpentes.

CFA gennevilliers | Sergio Grazia – Photographe

L’enveloppe de bardeaux de terre cuite part du toit dont le faîtage serpente en dos de chameau, selon les besoins de hauteur des ateliers. La couleur orange se prolonge sur les façades jusqu’au sol. Dans le coin du bâtiment situé le plus à l’Est, un vide, le hall d’entrée, dans lequel les architectes ont poursuivi leur idée. De fausses perspectives se reflètent dans un mur miroir et de vrais escaliers recréent la profondeur et l’illusion des espaces piranésiens. Derrière un premier mur percé de quelques fenêtres, s’ouvrent de grandes salles baignées de lumière du jour. Là sont installées les machines. La transparence sert aussi au confort au travail.

Là encore, le bâtiment montre ses tripes : la tuyauterie d’évacuation des poussières comme les réseaux et le chauffage courent dans des chemins de câble nullement dissimulés. Dans les étages, on trouve les salles de classe, les vestiaires et, plus inattendu, un gymnase de 40 mètres de long dont la charpente asymétrique en arête de poisson est encore un hommage aux enseignements dispensés dans l’établissement. Au même niveau se trouve la « cour de récréation » traitée à la manière d’un jardin zen au calme et dans les airs. « En France, on a du mal à mettre en valeur les métiers manuels et les études qui y préparent. Nous avions envie d’apporter de la fierté à ceux qui les exercent en mettant en scène dans le bâtiment les travaux de ces futurs artisans. Le maître d’ouvrage, la chambre de commerce et d’industrie de la région, nous a soutenus dans cette démarche », explique l’un des architectes, Xavier Gonzales. Plus de 600 jeunes de 15 à 29 ans se croisent dans ces locaux de 5.000 m2, livrés en septembre. L’opération de 30 millions d’euros – en comptant tout le matériel – a été financée à 80 % par la région, 20 % par la chambre de commerce qui restent propriétaires indivis de l’ensemble.

Cette entrée a été publiée dans Nouveaux bâtiments, Portes ouvertes sur…, Visites.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*